Menu du jour 4

Publié le par géraldine

Hier, j'ai revu Paris de Cédric Klapisch. 

Je regarde très peu la télévision. Du coup j'apprends souvent une fois le programme diffusé, qu'un programme était susceptible de m'intéresser. Pour les séries et les émissions, hop, on se retrouve illico sur les "replay". 

Hier, j'étais bien devant ma télévision : parce que la programmation week-end de Canal + est généralement désepérante. (Depuis que je suis abonnée à la petite chaine cryptée, mon périmètre télé se limite souvent à la 4). 

De Klapisch, j'ai tout vu, ou presque. Et je suis ni pour ni contre, bien au contraire. 

Paris

Chez Klapisch, il y a des tout : Riens du tout, Chacun cherche son chat, le péril jeune, le formidable un air de famille, où il tutoie des somments. Puis des films curieux : Ni pour, ni contre, Peut-être, ni rien du tout, ni totalement maitrisés. 

Et d'autres, à l'image de sachets de fruits secs : c'est tendre, doux, sucré, délicieux, on ne s'en lasse pas, mais diable, pourquoi mettre autant de noix de coco ou de raisins secs ? Et si peu de pépites : melon ou kiwi. Deux morceaux seulement et il faut vider le sachet entier pour les atteindre. 

Dans un moment d'insomnie, j'ai croisé la seconde partie de l'auberge espagnole, vu et revu, il y a dix ans. Oh god, que Romain est jeune ? Autant j'aime la fraicheur de ce film, et les moments passés entre étudiants, autant je tique lors des passages avec Juliette Godrèche. (Trop de raisins secs). 

Dans Paris, il y a un nombre incalculables de kiwis : Juliette Binoche et Romain Duris compose un duo qui fonctionne à merveille, Mélanie Laurent et Fabrice Luchini, pourquoi pas...Un seul troisième duo, ou trio aurait suffit. Je garde Julie Ferrier, mais pourquoi lui faire subir un accident ? Et des passages inutiles avec les mannequins qui s'encanaillent au milieu des carcasses de viande. 

Je n'en ressors pas malheureuse, mais à la fois béate et ennuyée. Je voudrai remonter le film, et lui donner davantage de sens. 

Cédric, j'attends beaucoup de toi ! 

Publié dans Clap

Commenter cet article