Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

10 articles avec clap

Menu du jour 4

Publié le par géraldine

Hier, j'ai revu Paris de Cédric Klapisch. 

Je regarde très peu la télévision. Du coup j'apprends souvent une fois le programme diffusé, qu'un programme était susceptible de m'intéresser. Pour les séries et les émissions, hop, on se retrouve illico sur les "replay". 

Hier, j'étais bien devant ma télévision : parce que la programmation week-end de Canal + est généralement désepérante. (Depuis que je suis abonnée à la petite chaine cryptée, mon périmètre télé se limite souvent à la 4). 

De Klapisch, j'ai tout vu, ou presque. Et je suis ni pour ni contre, bien au contraire. 

Paris

Chez Klapisch, il y a des tout : Riens du tout, Chacun cherche son chat, le péril jeune, le formidable un air de famille, où il tutoie des somments. Puis des films curieux : Ni pour, ni contre, Peut-être, ni rien du tout, ni totalement maitrisés. 

Et d'autres, à l'image de sachets de fruits secs : c'est tendre, doux, sucré, délicieux, on ne s'en lasse pas, mais diable, pourquoi mettre autant de noix de coco ou de raisins secs ? Et si peu de pépites : melon ou kiwi. Deux morceaux seulement et il faut vider le sachet entier pour les atteindre. 

Dans un moment d'insomnie, j'ai croisé la seconde partie de l'auberge espagnole, vu et revu, il y a dix ans. Oh god, que Romain est jeune ? Autant j'aime la fraicheur de ce film, et les moments passés entre étudiants, autant je tique lors des passages avec Juliette Godrèche. (Trop de raisins secs). 

Dans Paris, il y a un nombre incalculables de kiwis : Juliette Binoche et Romain Duris compose un duo qui fonctionne à merveille, Mélanie Laurent et Fabrice Luchini, pourquoi pas...Un seul troisième duo, ou trio aurait suffit. Je garde Julie Ferrier, mais pourquoi lui faire subir un accident ? Et des passages inutiles avec les mannequins qui s'encanaillent au milieu des carcasses de viande. 

Je n'en ressors pas malheureuse, mais à la fois béate et ennuyée. Je voudrai remonter le film, et lui donner davantage de sens. 

Cédric, j'attends beaucoup de toi ! 

Publié dans Clap

Partager cet article

Repost 0

Menu du jour 3

Publié le par géraldine

 

affiche-alice-au-pays-des-merveilles-tim-burton.jpg

 

Au menu, Alice de Tim Burton.

Un Alice, sans merveilles, ou comment piquer tout à Disney.

Ches est en 3D et bleu en beaucoup moins drôle que la version rose. 

Alice troque sa légendaire robe bleue contre un style plus couture...et devient ainsi une supérhoïne qui traque d'immondes bestioles et le chapelier fou ne souhaite plus de joyeux non anniversaire.

A relire ou lire, plutôt, pour connaitre la véritable Alice.

 

Publié dans Clap

Partager cet article

Repost 0

Inglorious basterds

Publié le par géraldine

 Parce qu'il est tard et que ma plume est rouillée en cette fin d'été caniculaire...
Parce que je ne ferai pas mieux étant une simple cinéphile, je me contenterai de citer une nouvelle fois Télérama :

Changer le cours de l'Histoire, la fiction le peut. C'est ce pouvoir formidable que ­Tarantino célèbre, en utilisant la matière même du cinéma - la pellicule nitrate, ­extrêmement inflammable - comme arme réelle de combat contre le nazisme. Antinazi mais germanophile, voilà l'ultime atout d'Inglourious Basterds, qui cite Pabst, a été tourné à Berlin, comprend pas mal de vedettes d'outre-Rhin (Daniel Brühl, Til Schweiger) et en révèle une : Christoph Waltz, très savoureux en génie du mal, justement récompensé à Cannes. Chapeau, Quentin. Beau geste, schöner film, happy end.

Jacques Morice

 

En  prime, des dialogues croustillants aux effets de gaz hilarant en cette soirée vichyssoise où nous étions un instant à l'honneur, forcément et où, au diapason, nous avons ri !

 

Publié dans Clap

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>